Jour 6 :  23.09.2003 :  Le Cap Corse 
Journée entièrement consacrée à la découverte du Cap Corse, une île dans l'île dont on nous a dit tant bien. Il s'agit de la partie la moins touristique de la Corse qui a su préserver son caractère sauvage et naturel.

Départ de Lumio à 9h00, direction Ile Rousse puis Saint-Florent par le désert des Agriates.

C'est à Saint-Florent que commence effectivement le tour du Cap Corse. 

Direction plein nord en suivant la côte ouest du Cap Corse. Traversée des charmants villages de Nonza, Canari et Pino.

En fin d'avant-midi, nous arrivons à Centuri Port, un très joli petit port de pêche authentique entassant ses filets de pêche sur le quai de pierre et avec ses barques colorées bien à l'abri derrière la jetée.

 

Cet endroit est tellement charmant que nous décidons d'y faire une halte prolongée. D'autant plus que Centuri se vante d'être la "capitale mondiale de la langouste" ! Les trois restaurants du port proposent la langouste grillée à leur menu et leurs propres bateaux de pêche amarrés face à eux attestent de la fraîcheur des produits.

Catherine ne peut y résister et craque pour une charmante bestiole de plus d'un demi-kilo capturée le matin même et  qu'on lui présente vivante avant de la griller à la mode corse; un vrai délice !
L'après-midi, visite de l'extrême nord du Cap Corse, le bourg d'Ersa d'où nous dévalons une petite route départementale en direction de Barcaggio, le hameau le plus septentrional de l'Ile de Beauté.
Il s'agit d'un minuscule port de pêche protégé du large par l'îlot de Giraglia surmonté de son phare rouge et blanc.

Nous restons de très longues minutes bêtement assis sur un muret de pierres à contempler le large et à observer un cormoran prenant son déjeuner, à nos pieds, dans les eaux calmes du port. Que l'endroit est agréable sous les doux rayons du soleil de septembre avec pour seul bruit le clapotis de l'eau contre le flanc des bateaux. Nous sommes seuls sur ce port (avec le cormoran) et nous y passerions bien volontiers le reste de la journée... Mais la route est encore longue !
Nous poursuivons notre balade en direction de la côte est par Rogliano puis en dévalant la montagne jusqu'à Macinaggio, port de plaisance le plus septentrional de la Corse et point de départ du célèbre "sentier du douanier" qui longe toute la côte nord jusqu'au port de Centuri.

Après quelques Piétras (bierre ambrée corse à la châtaigne) dégustées dans un petit bistrot du port, retour au bercail en longeant la côte est jusqu'à Bastia. De là, retour à Lumio par la route nationale car, la nuit étant tombée, la traversée du désert des Agriates dans l'obsurité nous paraît quelque peu téméraire. Halte à l'Ile-Rousse pour le dîner.

                                                                                                  Page suivante                  Retour index