Jour 8 :  18.09.2002 :  La côte ouest : les Calanches de Piana et le golfe de Porto.
Aujourd'hui, découverte d'une partie de la côte ouest de la Corse, au nord d'Ajaccio.

Départ de Porticcio, contournement d'Ajaccio puis petites routes de montagne jusqu'au Col de S. Bastiano; superbe vue sur le golfe de Sagone.

 Descente vers la côte puis petite route tout le long du littoral jusqu'à Sagone puis traversée de Cargèse (le village des Grecs). 

A nouveau direction montagne vers Piana. Là, arrêt obligé. Piana est un des plus beaux villages que nous avons eu l'occasion de découvrir en Corse du Sud; entre mer et montagne (altitude 400 m), il se présente sous forme de très vielles maisons charmantes construites le long d'étroites ruelles en escaliers. Il se dégage de ce village une impression de calme, de quiétude et de bonheur simple qu'on a du mal à imaginer.

A l'entrée du village, un petit chemin sinueux mène au Col de Lava d'où on peut découvrir d'un seul regard le majestueux golfe de Porto. Une véritable merveille classée "Patrimoine Mondial de l'Humanité".

 


La merveilleux village de Piana dans lequel nous passons un moment inoubliable simplement  à savourer quelques Piétra (bière corse) à l'ombre d'un vieux platane sur une petite place.


En route, direction Porto. Nous avons à peine roulé  quelques centaines de mètres que nous nous arrêtons de nouveau. A la sortie d'un virage, nous entrons dans la plus belle région qu'il ne nous a jamais été donné de contempler : les calanches de Piana dans le golfe de Porto. Nous en présentons quelques vues ci-dessous mais il est indéniable qu'aucune photo ni aucun film ne peut rendre compte de la grandeur et de la beauté de ces lieux. On s'y sent tout petit et écrasé par l'infini !

Le golfe de Porto

 


Après avoir, à regrets, quitté les calanches, nous descendons vers le village de Porto et son petit port blotti tout au fond du golfe. Pour nous remettre de nos émotions nous dégustons du sanglier à la corse à la terrasse d'un charmant petit restaurant au bord de la mer.


Retour vers Porticcio à travers la montagne jusqu'à Ajaccio.

En cours de route, nous avons une mauvaise idée. Nous décidons de prendre un raccourci qui doit nous mener directement à Ajaccio. Nous empruntons la route départementale D1 sur une distance de +/- 12 km. Au début, pas de problème; route très étroite mais roulable. Très vite, cela devient  l'enfer. Nous devinons la route en dessous de la terre qui la recouvre mais elle est en permanence coupée par les ravines qui la traversent de part en part. Là, nous battons tous les records de vitesse: plus de 2 heures de calvaire pour parcourir le tronçon. Moyenne horaire : 6 km/h.

Que le panis (pastis corse) me semble bon le soir confortablement installé sur la terrasse de notre studio !

                                                                                                        Page suivante                  Retour index